Les ateliers du genre · saison 2021-2022

  • Dernière modification de la publication :20 juin 2023
  • Post category:Ateliers du genre

Perspectives féministes sur les maternités

Voir le programme 2021-2022

Les ateliers du genre 2019-2020

Voir le programme

Corps normatifs, corps performatifs

15/02/2018 – 17:00

Séance hors programme des Ateliers du Genre de l’Université de Caen

Dans le cadre d’un partenariat avec la Comédie du Caen et à l’occasion du spectacle MDLSX programmé dans le festival Écritures partagées, les Ateliers du Genre invitent Rachele Borghi, maître de conférence en géographie sociale à l’Université Paris IV, à une présentation et un échange croisant genre, corps, art et sciences sociales.

  • 17h-19h – Atelier du genre au Théâtre des Cordes (Entrée libre et gratuite)

Corps normatifs, corps performatifs : conférence performative de Rachele Borghi, maître de conférence en géographie sociale à l’Université Paris IV, spécialiste des théories / activismes Queer, membre du collectif créatif Zarra Bonheur.
Théâtre des Cordes : 32 Rue des Cordes – Caen

  • 20h – MDLSX de Daniela Nicolo et Silvia Caldelon au Centre Chorégraphique National de Caen en Normandie – Payant : Voir tarifs de la Comédie de Caen

Spectacle suivi d’une rencontre avec l’équipe artistique, animée par Rachele Borghi.

http://www.comediedecaen.com/programmation/2017-2018/mdlsx/

La promotion de l’égalité homme-femme dans le cadre de l’intégration des primo-arrivant.e.s

Le Contrat d’accueil et d’intégration (CAI) dont la signature est obligatoire depuis la loi du 24 juillet 2006 est destiné aux  « primo-arrivant.e.s ». Les signataires du Contrat doivent suivre une journée de formation civique, et selon leur situation, une formation linguistique, une journée d’information sur la vie en France et un bilan de compétences professionnelles. Le dispositif est géré par l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII) qui, à travers ses directions territoriales, se déploie sur l’ensemble du territoire.

La communication se propose de réfléchir à la manière dont les questions d’égalité entre hommes et femmes et de laïcité, présentées comme des enjeux majeurs, provoquent la mise en altérité des signataires. Je montrerai d’abord que si les femmes migrantes ont longtemps été invisibilisées, elles deviennent une priorité politique au début des années 2000. Avec la construction de la catégorie « femmes immigrées », des représentations, le plus souvent stigmatisantes, sont véhiculées, qui influencent le traitement des femmes signataires du CAI. Puis nous verrons que dans le cadre des formations, notamment civiques, le thème de l’égalité entre les hommes et les femmes s’est révélé central. En effet, ces formations, et plus largement l’ensemble du dispositif, sont présentées comme un moyen pour les femmes d’acquérir de l’autonomie. Mais le CAI, et plus largement la politique d’intégration, tout en voulant favoriser l’émancipation des femmes immigrées contribue à leur assignation identitaire et à leur mise en altérité, c’est pourquoi et c’est l’objet de mon troisième point, on peut parler d‘une instrumentalisation raciste de l’égalité entre hommes et femmes.

Résumé de la communication

Dans la littérature scientifique, la perpétuation de la domination masculine en agriculture s’analyse notamment au prisme du divorce (Bessière et Gollac, 2014). A partir d’une étude de cas issue d’une revue de presse (dans le quotidien Ouest-France ), cette communication propose d’interroger le rôle de différentes espèces de capitaux dans l’atypicité d’une agricultrice divorcée qui reste à la tête de l’exploitation familiale à l’issue de la séparation. Situer ses propriétés sociales à l’échelle de l’espace social localisé (Laferté, 2014) au sein duquel elles s’actualisent permet une compréhension de l’imbrication des rapports de domination qui mettent à l’épreuve l’éleveuse-boulangère qui nous intéresse, à partir d’une approche matérialiste des rapports sociaux de classe et de sexe (Clerval et al., 2015)